• Les Indépendants

Jean-Louis LAGOURGUE : PJL PLF 2019 - mission Anciens combattants

Mis à jour : janv. 3


Monsieur le président, madame la secrétaire d'État, monsieur le rapporteur spécial, mes chers collègues, nous examinons aujourd'hui les crédits consacrés aux anciens combattants.

Alors que se terminent les célébrations du centenaire de la Première Guerre mondiale, la dette que la Nation entretient à l'égard de ceux qui ont versé leur sang hier et aujourd'hui apparaît plus vivace que jamais. Je veux rendre hommage à nos vétérans et à leurs familles de métropole et d'outre-mer pour les sacrifices consentis à la défense de la France. La patrie leur en est reconnaissante. Les Français n'oublient pas ce qu'ils leur doivent.

Il nous semble néanmoins que la reconnaissance de la Nation ne doit pas seulement être un vœu pieux ou une incantation. Elle doit être une action concrète au service de nos soldats, une contribution collective à leur bien-être et à celui de leur famille.

Si la diminution des crédits pour 2019 s'explique en partie par la baisse naturelle du nombre de bénéficiaires des différents dispositifs, nous serons vigilants à ce que cette baisse tendancielle ne représente pas un déclin des conditions de reconnaissance de la Nation.

Vous nous rassurez sur plusieurs points, madame la secrétaire d'État. Vous avez pris des mesures fortes pour corriger des inégalités connues de longue date.

Il s'agit, par exemple, de la revalorisation substantielle – 400 euros – de l'allocation de reconnaissance versée aux supplétifs de l'armée française en Algérie.

Il s'agit également des mesures en faveur des enfants de harkis.

Il s'agit enfin d'une mesure que nous avons longtemps attendue : l'octroi de la carte du combattant aux soldats présents sur le territoire algérien entre le 2 juillet 1962 et le 1er juillet 1964.

Ces mesures sont autant de promesses tenues que nous saluons, comme nous saluons, madame la secrétaire d'État, votre volonté de passer en revue l'ensemble des questions en suspens avec le monde des anciens combattants. Nous espérons que la concertation annoncée portera davantage de fruits à l'avenir.

Toutefois, malgré ces avancées, des injustices persistent et on peut noter la relative timidité de ce projet de budget, notamment la très faible revalorisation des pensions militaires d'invalidité.

Cela dit, ce projet de loi de finances est également marqué par un souci bienvenu de la transmission, notamment vis-à-vis de la jeunesse.

Je pense à un dispositif comme le service militaire volontaire, qui permet chaque année aux armées d'insérer dans l'emploi durable près de 1 000 jeunes en difficulté. Il s'inspire du service militaire adapté, trop peu connu en métropole, mais qui fait des merveilles pour l'emploi des jeunes en outre-mer.

Je pense également à l'érection du monument pour les opérations extérieures, qui permettra aux citoyens de rendre hommage aux soldats tombés pour leur défense.

Toutes ces initiatives sont bienvenues. Néanmoins, il ne doit pas être uniquement question de moyens budgétaires ou humains, car il s'agit au fond de réfléchir à ce qui fait de nous une nation, dont les valeurs justifient le combat, les blessures et le sacrifice ultime de nos soldats. Il s'agit, enfin, de mettre nos politiques de mémoire au service de l'avenir et d'un véritable projet de société par la transmission et le partage.

Nous attendons donc avec impatience que se précise l'architecture du futur service national universel et, surtout, que soient enfin définies les modalités de son financement.

Dans cette attente, le groupe Les Indépendants votera, en signe d'encouragement, les crédits de la mission « Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation ».


Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube