Franck MENONVILLE : Débat sur l'avenir de l'enseignement professionnel

Mis à jour : janv 2


Madame la Présidente,

Monsieur le Ministre,

Mes Chers Collègues,

Connaissez-vous celles et ceux que l’on appelle les « nouveaux artisans » ? Boulangers, coiffeurs, restaurateurs ou encore agriculteurs, ils ont décidé de se reconvertir volontairement pour répondre enfin à leur volonté d’exercer un métier manuel. Ils abandonnent parfois des carrières prestigieuses pour retourner sur les bancs de l’école et apprendre un nouveau métier, celui dont ils rêvaient vraiment.

Ces jeunes en quête de sens, en recherche de concret, forcent l’admiration. Ils dénoncent aussi, en creux, le mal profond qui ronge l’enseignement professionnel.

Parce qu’il n’a pas été suffisamment encouragé et valorisé par les pouvoirs publics, l’enseignement professionnel est trop souvent perçu comme une « voie de garage ». Des décennies de politique malheureuse ont ainsi organisé un immense gâchis, en remplissant des filières d’élèves condamnés à des parcours scolaires et professionnels de second rang. Car l’enseignement professionnel est encore souvent la dernière option envisagée.

Et pourtant, l’enseignement professionnel semble la pièce manquante du puzzle : dans un pays où plus d’un jeune sur cinq est encore au chômage, à l’heure où nous cherchons à diffuser plus largement l’envie d’entreprendre, cette voie pourrait bien constituer l’un des leviers pour redynamiser notre économie et réconcilier notre société avec elle-même.

Monsieur le Ministre, comment comptez-vous lutter contre le blocage culturel qui plombe cette filière ? Comment valoriser efficacement la voie professionnelle auprès des jeunes et des familles ?


Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube