Dany WATTEBLED : Débat Conclusions du rapport : "Donner des armes à l'acier français"

Mis à jour : janv 3


Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Mes chers Collègues,

Nous déplorons tous ici les mésaventures d’Ascoval, qui est allé de difficultés en difficultés malgré l’implication des pouvoirs publics. Ces mésaventures sont symptomatiques de l’action de l’État qui souhaite toujours agir en faveur de l’industrie – où est-ce en faveur de l’emploi ? Mais cette action se limite à présent presque exclusivement à la gestion de crise, à éteindre les feux.

Le dossier Ascoval démontre bien à quel point, même la gestion de crise est difficile. Le rapport de ma collègue fait ainsi état d’un enchaînement de mauvaises décisions et de déclarations précipitées qui témoigne de l’absence de stratégie française en la matière. Il nous semble pourtant essentiel de mettre en place le cadre légal favorable au développement de l’industrie.

Que peuvent faire nos industriels face à une taxe carbone qui, en Europe, ne s’applique pas aux importations ? L’émergence d’acteurs solides, capables de soutenir une concurrence mondiale face à d’autres grands acteurs, doit être encouragée. Nous avons vu, lorsque General Electric a racheté la branche énergie d’Alsthom, que d’autres États soutiennent très activement leurs industriels. La France doit protéger son industrie, ses savoir-faire. Elle doit soutenir l’investissement dans les secteurs stratégiques. Mais il n’y a plus ni Ministre ni Secrétaire d’État à l’Industrie, alors comment pourrait-elle avoir une vision stratégique ?!

Une vision stratégique est indispensable, et elle dépasse aujourd’hui le cadre national. Cette vision doit être européenne et on ne pourra pas faire l’économie de l’adaptation des règles de la concurrence. Mais le sort de notre industrie se joue maintenant.

Madame la Ministre, ma question est simple, qui sera chargé de redonner à la France une stratégie industrielle et avec quels moyens ?

Seul le prononcé fait foi

Mme Agnès Pannier-Runacher, secrétaire d'État

Nous avons 18 contrats stratégiques de filières dont un sur les mines et la métallurgie : il permet d'anticiper la transition écologique et les innovations à venir. Le dispositif « Territoires d'industrie », le programme de numérisation des entreprises, le fonds d'innovation pour l'industrie, tous ces éléments traduisent notre stratégie industrielle.

Nous accompagnons aussi les entreprises en difficulté. Un accord a été trouvé entre les syndicats et la direction de GE, grâce à l'appui du Gouvernement. Le CNI est présidé par le Premier ministre ; c'est dire que la vision est portée au plus haut niveau.


Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube