Colette MÉLOT : PJL de Finances pour 2018 - Mission "Culture"

04 décembre 2017


Projet de loi de finances pour 2018 - Mission "Culture"


Monsieur le président,

Madame la ministre,

Mes chers collègues,


La mission « Culture » du projet de loi de finances pour 2018 présente des crédits de 2,9 milliards d’euros, soit une hausse de 1,5 % par rapport à 2017. Dans un contexte de réduction de la dépense publique, cette augmentation des crédits accordés à la culture mérite d’être saluée, et, tenant compte du rôle primordial des questions culturelles dans notre société comme vecteur de cohésion sociale et comme objet de lutte contre les inégalités, notre groupe veut souligner cette initiative.


Cette politique de soutien financier à la culture trouve aussi un écho dans le renforcement des crédits accordés aux directions régionales des affaires culturelles, les DRAC. Celles-ci seront dotées, en 2018, d’un budget de 813 millions d’euros, en augmentation de 43 millions d’euros par rapport à 2017. Ce maillage culturel territorial et cette collaboration soutenue avec les collectivités territoriales sont plus qu’importantes. C’est en effet sur le terrain que ces projets culturels doivent être menés pour toucher le plus grand nombre de nos concitoyens ; sur le terrain, mais aussi, bien évidemment, dans nos écoles, où nos élèves se forment chaque jour à la lecture et aux pratiques artistiques.


L’augmentation du budget de l’éducation artistique et culturelle, pour atteindre 114 millions d’euros, soit une dotation supplémentaire de 35 millions d’euros en 2018, et votre engagement conjoint avec M. Jean-Michel Blanquer, ministre de l’éducation nationale, à défendre ces pratiques sont des marqueurs forts de notre volonté de croire en notre jeunesse et de lui donner les moyens de s’émanciper dans cette nouvelle société.


Sur le programme 175 « Patrimoines », le budget devait répondre à de nombreux défis : l’étude des conclusions du rapport sur les musées au XXIe siècle, le projet d’année européenne du patrimoine, la poursuite de la mise en œuvre de la stratégie nationale pour l’architecture, etc. Ces défis nous semblent relevés. En revanche, notre collègue Philippe Nachbar, rapporteur pour avis de la commission de la culture, vous a alertée, en réunion de commission, sur le problème de la sous-consommation des crédits de l’action Patrimoine monumental de ce programme. Nous espérons que vous pourrez rapidement y apporter des solutions.


Par ailleurs, lors de l’examen de la première partie du projet de loi de finances, notre groupe, comme Mme la présidente de la commission de la culture, avait proposé d’exonérer d’impôt sur la fortune immobilière les monuments historiques ouverts au public, sous condition d’une détention d’au moins quinze ans. Notre patrimoine est « en péril ». Même si le mot est fort, il n’en demeure pas moins que nos monuments ont besoin d’être régulièrement entretenus. Si nous n’agissons pas, ce sont des pans entiers de notre histoire qui disparaîtront.


Le fait que 12 millions de Français se soient déplacés à l’occasion des Journées du Patrimoine prouve bien tout l’intérêt de nos concitoyens pour notre histoire. La création d’un fonds de soutien à la restauration du patrimoine protégé en milieu rural, doté de 15 millions d’euros, nous paraît aller dans le bon sens, et nous étudierons avec attention les propositions à venir de la mission conduite par Stéphane Bern sur le patrimoine en péril.


Sur les programmes 131, « Création », et 224, « Transmission des savoirs et démocratisation de la culture », vous proposez une expérimentation du « passeport culturel », qui sera dotée de 5 millions d’euros dès la rentrée prochaine. Nous sommes entièrement favorables à cette mesure, et nous espérons que la réunion de l’ensemble des acteurs concernés – acteurs publics et privés, élus, responsables de la vie culturelle et jeunes – permettra de donner à ce dispositif toutes ses chances de réussite.


Deux autres sujets me semblent importants pour la poursuite des débats. Ils nous ont d’ailleurs conduits à déposer des amendements.


Le premier concerne le financement du Bureau export de la musique française. L’Assemblée nationale a déjà voté une augmentation des crédits de cet outil important de rayonnement international de la scène française. Nous avons souhaité lui emboîter le pas pour aller plus loin et pouvoir ainsi faire concurrence aux géants anglo-saxons.


Le second amendement vise à revaloriser la subvention du ministère de la culture à l’Association pour le soutien du théâtre privé. Celle-ci connaît depuis plusieurs années un fort déficit structurel en raison de nombreuses contraintes financières. Nous avons souhaité l’accompagner.


Monsieur le président, madame la ministre, chers collègues, le groupe Les Indépendants – République et Territoires votera en faveur des crédits de la mission « Culture ».

Interventions au Sénat