Colette MELOT : PJL de Finances pour 2020 - Médias, livre et industries culturelles


Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Madame et messieurs les rapporteurs,

Monsieur le Président de la commission,

Chers collègues,


Depuis André Malraux, la politique culturelle de la France a pour premier objectif de « rendre accessible les œuvres capitales de l’humanité, et d’abord de la France, au plus grand nombre possible de Français, assurer la plus vaste audience à notre patrimoine culturel et favoriser la création de l’art et de l’esprit qui l’enrichisse ».


La mission « Médias, livre et industries culturelles » du projet de loi de finances participe pleinement à la poursuite de cet objectif à travers le soutien à la création musicale et littéraire et la diffusion du savoir et des œuvres par le biais des bibliothèques d’une part, et des médias d’autre part.


Le budget consacré à cette mission représente une enveloppe de 590,7 millions d’euros pour l’année prochaine, soit une augmentation de 2% par rapport à la loi de finances pour 2019.


Premier versant de cette mission, le programme 334 « Livre et industries culturelles » regroupe principalement les crédits destinés au financement de la politique du livre et de la musique enregistrée.

Au premier rang des priorités de ce programme figure la politique dédiée à la lecture, premier moteur d’émancipation et de transmission entre les générations.


L’année 2020 sera marquée par la consolidation du plan bibliothèque mis en œuvre par le Gouvernement suite aux recommandations du rapport produit par Erik Orsenna et Noël Corbin. Il s’agit de favoriser l’accessibilité à la lecture pour tous en accompagnant les collectivités dans leur effort d’extension des horaires d’ouverture et de création de nouveaux lieux de lecture en particulier dans les zones quasi-blanches, comme on en trouve encore en Dordogne, dans les Ardennes ou dans l’Aisne.


Avec 16 500 lieux accueillant chaque année 27 millions de lecteurs, les bibliothèques représentent, avec la Poste, le premier réseau public sur le territoire français.


L’accès à la culture, au sens large, est la première vocation des bibliothèques et des structures dérivées telles que les artothèques, offrant la possibilité d’emprunter des œuvres d’arts visuels ou les micro-folies à l’image du musée virtuel créé par Didier Fusillier associant atelier numérique, espace scénique et conférence.


La révolution numérique fait évoluer les usages au sein même de ces hauts lieux de diffusion du savoir qui intègrent dorénavant postes informatiques, salles multimédias et médiathèques, autant de dispositifs contribuant à combler les fractures entre territoires et entre générations. Actuellement, seulement 10% des bibliothèques desservant plus de 2000 habitants proposent des postes informatiques adaptés aux personnes en situation de handicap ; nous devons poursuivre les efforts d’adaptation de ces lieux de lectures à tous les publics.


L’année prochaine sera aussi l’année de la création du Centre national de la musique, qui sera doté d’un budget supplémentaire de 7,5 millions d’euros. Ces nouveaux moyens devraient permettre d’accompagner l’adaptation du secteur de la musique enregistrée à la transition numérique et à l’évolution rapide des modes de production, de distribution et de consommation.


Deuxième versant de cette mission, le programme 180 rassemble les crédits consacrés au soutien de la presse et des médias. Le secteur, en cours de restructuration, bénéficiera en 2020 d’une augmentation de 1,6% des crédits du programme, portés à 284,4 millions d’euros. Cette augmentation se concentre essentiellement sur le soutien à l’Agence France Presse, troisième agence de presse à l’échelle mondiale et précieux rempart contre la désinformation relayée entre autres massivement par les réseaux sociaux. Le Gouvernement a fait le choix d’augmenter la subvention versée à l’Agence de 6 millions d’euros pour financer son plan de transformation.


Les crédits destinés au fonds d’aide au portage de la presse seront stabilisés, après une baisse de 5 millions d’euros l’année dernière, tout comme les crédits dédiés au soutien des médias de proximité et des radios associatives locales.

L’année 2020 marquera un tournant pour l’audiovisuel public, dans l’attente de la réforme présentée en conseil des Ministres aujourd’hui même. Cette année sera également la deuxième année du plan d’économie appliqué au secteur avec une baisse des crédits inscrits sur le compte de concours financiers Avances à l’audiovisuel public de 70 millions d’euros.


L’essentiel de l’effort demandé se concentre sur France Télévisions et Radio France et s’accompagne, pour les ménages, d’une diminution symbolique d’un euro du montant de la contribution à l’audiovisuel public.


Au regard de ces éléments, le groupe Les Indépendants-République et territoires votera l’ensemble des crédits de cette mission.


Seul le prononcé fait foi

Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube