top of page

Pierre Jean ROCHETTE : Débat sur la réforme du marché de l'électricité

16 janvier 2024

Débat sur la réforme du marché de l'électricité



Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Mes chers collègues,


L’un des enseignements majeurs de la guerre d’agression de la Russie de Poutine menée contre l’Ukraine est que l’énergie est une véritable arme géopolitique. L’Union européenne s’est fait très peur ! Le seul point positif de ce conflit est d’avoir enfin compris le caractère absolument crucial de réformer le marché de l’électricité.


Le raccordement en urgence de l'Ukraine au réseau européen seulement quelques semaines après l’agression nous rappelle la nécessité de travailler sur nos interconnexions. Nous avions déjà eu un aperçu du sujet au moment du Brexit où nous nous sommes rendus compte que l’Irlande n’était pas directement raccordée au contient européen. Je salue donc le travail en cours sur le « Celtic Interconnector » entre ce pays et le nôtre.


Ces deux dossiers, bien différemment, nous exhortent à repenser notre sécurité énergétique ainsi que nos souveraineté et indépendance. Je me félicite donc, monsieur le Ministre, de votre travail sur la défense du nucléaire durant les négociations de la réforme du marché de l’électricité.


A l’heure où la planète se décarbone, cette énergie est une chance. Elle est fiable, sure et puissante. Le travail qui est fait autour de l’atome, du cycle du combustible et du traitement des déchets est porteur d’espoir. Mais, tout cela à un prix.


C’est pourquoi, monsieur le Ministre, je souhaiterais que vous nous expliquiez le plus précisément possible ce que l’article 19b de l’accord, conclut en fin d’année, sur les contrats pour la différence apportera à nos investissements dans le nucléaire ?


Les négociations européennes sont longues et parfois pleines de rebondissements, sommes-nous sûrs que les régimes d’aides directes seront favorables au développement et à l’innovation dans le domaine du nucléaire ?


SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

 

Interventions au Sénat

bottom of page