Dany WATTEBLED : Proposition de loi visant à démocratiser le sport en France

18 janvier 2022


Proposition de loi visant à démocratiser le sport en France

Madame la Présidente,

Madame la Ministre,

Monsieur le Président de la Commission,

Monsieur le Rapporteur,

Mes chers Collègues,


« Le sport va chercher la peur pour la dominer, la fatigue pour triompher, la difficulté pour la vaincre ». Pierre de Coubertin, fondateur des jeux olympiques modernes, a été le premier à œuvrer pour démocratiser le sport en France. L’organisation des jeux olympiques et paralympiques de Paris 2024 est une formidable occasion de renouveler cette volonté et placer le sport au centre de la vie des Français. Forger l’esprit d’équipe, donner le meilleur de soi-même, former à la loyauté et au fairplay… Le sport véhicule des valeurs très fortes, favorise l’insertion sociale et l’épanouissement personnel. C’est une école de la vie et un élément essentiel pour souder les liens entre nos concitoyens.


Au-delà de ses valeurs intrinsèques, le sport a de nombreuses vertus. L’activité physique adaptée est un levier essentiel de santé publique, agissant à la fois sur la prévention et sur la guérison. 30 minutes de pratique sportive quotidienne est le meilleur remède au diabète lié à la sédentarité. Pour les femmes en rémission d’un cancer du sein, il permet de diminuer de 30 à 40% les récidives. Les récents rapports de l’Inserm et de la Haute Autorité de Santé indiquent que le sport est la première thérapie en cas de dépressions légères. La proposition de loi que nous examinons à présent contient un article important pour étendre les prescriptions d’activité physique adaptée aux personnes atteintes d’une maladie chronique. Je pense que nous devons ouvrir ce dispositif au plus grand nombre de personnes dont l’état de santé nécessiterait une activité physique. Aussi, je proposerai plusieurs amendements pour inclure les personnes atteintes de troubles mentaux et les seniors en situation de dépendance afin de limiter l’aggravation de leur perte d’autonomie. Pour donner une réelle portée au sport-santé, il appartient désormais au Gouvernement de généraliser la prise en charge des séances par l’Assurance maladie. Certaines villes et certaines mutuelles le font déjà.


Si le sport améliore l’état de santé général, il favorise aussi l’apprentissage, la concentration et la mémorisation. Le développement du sport à l’école est une priorité nationale. Nous devons, autant que possible, faciliter les liens entre les associations sportives locales, les établissements scolaires et définir une stratégie nationale du sport à l’école et à l’université. La commission a adopté un amendement qui prévoit un temps minimum de pratique sportive quotidienne dans les écoles primaires. C’est un premier pas, mais nous devons être plus ambitieux. Avec Jean-Pierre Decool, nous avions déposé des amendements pour étendre la pratique sportive quotidienne aux collèges, lycées et universités. Ils ont été jugés irrecevables, c’est regrettable. Pour encourager l’éducation sportive, nous souhaitons mettre en place à chaque rentrée scolaire une journée de découverte des sports, en partenariat avec les associations et les élus locaux. Cette journée, inspirée du modèle allemand, pourrait avoir lieu dans le cadre de la journée nationale du sport scolaire, qu’il faudrait étendre aux universités.


Enfin, je défendrai un amendement qui me parait essentiel pour développer le sport en entreprise. La proposition de loi prévoit l’installation de douches et de vestiaires dans les nouvelles constructions de bureaux. Je pense que nous devons avant tout favoriser les liens entre les entreprises et le tissu local d’associations et de clubs sportifs. Dans cet objectif, je propose la mise en place d’un ticket-sport, sur le modèle du ticket-restaurant, pour permettre aux salariés de financer tout ou partie d’un abonnement à une pratique sportive. Actuellement, seulement 7% des entreprises mettent à disposition de leurs salariés une offre sportive.


La sédentarité est une bombe à retardement. Les professionnels de santé sont de plus en plus nombreux à nous alerter : un adulte sur deux ne pratique aucune activité sportive et les enfants passent de plus en plus de temps devant leurs écrans. Nous devons inviter le sport au quotidien des français, pour atteindre l’objectif de 30 minutes d’activités quotidiennes par jour. A mon sens, le sport-santé, le sport scolaire et le sport en entreprise sont les trois priorités pour démocratiser le sport en France. Je défendrai donc des amendements pour concrétiser cette volonté et renforcer la portée de cette proposition de loi.


Interventions au Sénat