• Les Indépendants

Jean-Louis LAGOURGUE : PLF 2021 - Mission "Défense"

Mis à jour : 22 déc. 2020

03 décembre 2020


Projet de loi de finances pour 2021 - Mission "Défense"

Madame la Présidente,

Madame la Ministre,

Monsieur le Président CAMBON,

Monsieur le Rapporteur,


« Les nations ne peuvent pas avoir de tranquillité sans une armée ; pas d'armée, sans une solde ; pas de solde sans des impôts », disait Tacite. Pendant quelques années, notre pays a cru pouvoir faire bon marché de sa tranquillité. La dynamique s’est récemment inversée et c’est heureux.


Avec le Brexit et même si des coopérations se poursuivent, l’armée française demeure en effet la seule armée d’envergure au sein de l’Union européenne. La France participe activement à la protection du continent, depuis les pays Baltes notamment. Cette défense nécessite également d’anticiper le développement de menaces, parfois hors de nos frontières.


Nos soldats luttent ainsi dans la bande sahélo-saharienne et au Levant contre les groupes armés terroristes, et ce, pour la sécurité des populations locales, européennes et française.


En plus de ces opérations extérieures, notre armée s’est progressivement vu confier des missions intérieures dans le cadre du plan Vigipirate mais aussi dans celui de la lutte contre la pandémie. Force est donc de constater que si notre armée joue pleinement son rôle dans la protection des Français, elle ne se bat pas seulement pour assurer la sécurité de notre nation.


Devant l’étendue de la tâche, il est impératif que nous nous assurions que nos soldats disposent de moyens suffisants pour mener à bien leurs missions. Si la pandémie a vocation à prendre progressivement fin, rien ne permet cependant de penser que le niveau d’engagement de l’armée sur d’autres missions ne soit appelé à diminuer à l’avenir.


Dans un contexte instable, les Français, comme les européens, devront en effet assurer eux-mêmes leur sécurité.


Si nos partenaires européens venaient à rester immobiles sur le sujet de la défense, la France aurait encore davantage intérêt à continuer d’entretenir et de renforcer ses capacités militaires. Nous nous félicitons à cet égard que la trajectoire poursuive les objectifs fixés par la LPM. L’actualisation de nos objectifs restera particulièrement importante, pour que nous disposions en permanence des moyens d’assurer notre sécurité, dans un contexte toujours changeant.


La situation économique constitue une source majeure de préoccupation car une croissance durablement diminuée mettra en péril le financement de notre force. 2% d’un PIB amputé par la récession seront-il suffisants pour affronter les menaces qui pèsent sur nous ? Ces menaces sont évolutives mais force est de constater que la tendance générale est à la montée des tensions, que ce soit en méditerranée, en Afrique ou encore en Orient.


« L’armée, c’est la nation » disait Napoléon. L’un et l’autre doivent donc se soutenir. Nous regrettons que le plan de relance ne prévoie pas davantage de mesures en faveur du développement de nos capacités militaires. Nous avons pourtant la chance d’avoir en France une industrie de défense de pointe. Le monde nous l’envie, et nous l’envie parfois activement, comme nous l’a montré la récente tentative d’acquisition de la start-up Preligens. Nous avons la possibilité de créer de vraies synergies en investissant pour notre défense : développer des matériels et des savoir-faire de pointe, tout en soutenant l’économie et l’emploi en France. Ne négligeons pas ces opportunités.


Nous sommes par ailleurs très attentifs aux conditions de vie de nos soldats, et notamment au sort qui sera réservé au Val-de-Grâce. Le logement des militaires en Île-de-France doit être amélioré.


Les années à venir seront difficiles à bien des égards. Pour assurer notre tranquillité et celle de nos alliés, nous devrons donc veiller à continuer d’investir suffisamment pour nos armées.

Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube

Groupe parlementaire au Sénat