• Les Indépendants

Jean-Pierre DECOOL : PPL sur la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion

Mis à jour : 22 déc. 2020

10 décembre 2020


Proposition de loi relative à la protection patrimoniale des langues régionales et à leur promotion (Ordre du jour réservé au groupe GEST)


Madame la Présidente,

Monsieur le Ministre,

Madame la Rapporteure,

Mes chers Collègues,


La France est un État historiquement multilingue. On y trouve de nombreux locuteurs de langues romanes comme le français, l’occitan, le catalan, le corse, le flamand que je citerai ultérieurement, le franco-provençal, mais également de langues germaniques comme l’alsacien, le platt deutsch ou encore du basque et du breton – pour ne parler que de la France métropolitaine.

Le texte de notre collègue Paul Molac, présent dans notre tribune, tend à considérer toute la pluralité des langues dans notre pays. Il importe de changer le regard que l’on pose traditionnellement sur les langues régionales. Nos langues régionales sont au français ce que nos territoires sont à la France.


J’aimerais vous citer un tweet – excusez de l’expression – sans équivoque du Président de la République en date du 21 juin 2018 : « Les langues régionales jouent leur rôle dans lenracinement qui fait la force des régions. Nous allons pérenniser leur enseignement ». Aujourd’hui, après plus de deux années, nous débattons d’une proposition de loi dont l’un des objectifs principaux est bien d’enseigner nos langues de France.


Ce texte, débattu en premier lieu à l’Assemblée nationale, s’est vu vidé de sa substance avant d’arriver dans cet hémicycle. Nous pouvons le regretter. Toutefois, les amendements visant à redonner du corps à ce texte en rétablissant l’article 3 et en permettant le versement d’un forfait scolaire de l’enseignement bilingue sont de bon ton et ambitionnent de donner une réalité, au sein de l’école de la République, à nos langues régionales. Nous serons nombreux à les soutenir.


La défense et la promotion des langues régionales n’est pas une lubie ; c’est encore moins une revendication communautariste. Il faut sortir de ce paradigme. Le cœur de cette proposition de loi est bien d’inclure les langues régionales au sein de nos institutions, afin qu’elles participent à la vie de la cité. Nos concitoyens y sont attachés.


Il est important de soulever un point essentiel. Pour la réussite de tels projets, l’État doit associer les collectivités territoriales et leur laisser une marge de manœuvre. Bien entendu, ces dernières n’ont pas attendu pour s’organiser ! Localement, on constate de nombreux acteurs investis pour la défense et la promotion des langues régionales, pour l’acceptation de leurs identités. Dans les Hauts-de-France, je veux souligner le soutien actif du conseil régional, avec notamment la création d’un Office public du flamand.


Nos langues régionales ont fait preuve d’une grande résilience, voire même de résistance et restent des réalités. Pourtant, il y a urgence à agir, avant qu’elles ne soient plus que des folklores qui mourront tôt ou tard.

Bien que la Constitution érige les langues régionales au rang de patrimoine de la France, ces langues ne doivent pas être mises sous cloches, ni admirées comme vestiges du passé. Comme l’a si bien dit notre collègue Paul Molac : « Une langue ne sabîme pas quand on la parle mais uniquement quand on ne la parle pas ! ». L’enseignement est la seule manière viable et de long terme pour protéger et promouvoir les langues régionales.


Jean Jaurès, dans la Revue de l’enseignement primaire du 15 octobre 1911, s’étonnait déjà qu’un enfant parlant l’occitan, avec un réflexe d’analogie et de comparaison, déchiffrait aisément le portugais, l’espagnol et même l’italien.


Les langues régionales étaient pour lui un moyen d’être « en harmonie naturelle et en communication aisée avec ce vaste monde ». En somme, l’apprentissage de la langue de sa région est un avantage pour mieux se lancer dans ce monde. Je tiens à rappeler qu’au sein de l’Union européenne on dénombre plus de 60 langues régionales ou minoritaires.


Monsieur le Ministre, avec un peu de bonne foi, ce qui se dessine dans la dernière réforme du lycée ouvre la possibilité de créer des cursus d’enseignement de certaines langues régionales.


Toutefois, il faut préciser que toutes ces langues ne sont pas logées à la même enseigne. Ces disparités sont parfois vectrices de frustrations, d’incompréhension. Je pense, bien entendu et vous le savez, au flamand occidental toujours exclu de la circulaire de 2017… et encore botté en touche, la semaine dernière, lors de la séance de questions orales !


À ce propos, je vous remercie Madame la Rapporteure pour votre détermination.


La proposition que nous examinons vise à pérenniser et valoriser une partie de notre culture et de nos patrimoines. En l’espèce, ce n’est pas la panacée. Les dispositions de ce texte vont dans le sens d’une plus grande reconnaissance de nos langues régionales, des particularités de nos territoires et de leurs habitants. Il nous permet de rappeler à quel point notre pays est beau et fort de sa pluralité. Le Groupe les Indépendants votera donc cette proposition de loi.

Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube

Groupe parlementaire au Sénat