top of page

Vanina PAOLI-GAGIN : Accélération de la reconstruction des bâtiments dégradés lors des émeutes

18 juillet 2023


Projet de loi relatif à l'accélération de la reconstruction des bâtiments dégradés ou démolis au cours des violences urbaines survenues du 27 juin au 5 juillet 2023 et au traitement des copropriétés dégradées (voir le dossier législatif)


🔔 À retrouver également sur nos réseaux sociaux

 

Monsieur le Président du Sénat,

Monsieur le Ministre,

Mes chers Collègues,


Un policier a ouvert le feu lors d’un contrôle routier. Le conducteur, mineur, est mort. Nous le déplorons évidemment. Depuis, le policier est placé en détention provisoire.


Malgré l’enquête en cours, malgré la saisine de la justice afin de faire toute la lumière sur ces faits, notre pays a connu plusieurs nuits d’émeutes d’une rare intensité. Plus de 800 membres des forces de l’ordre ont été blessés.


Je veux saluer le professionnalisme des femmes et des hommes qui sont intervenus, tout au long de cette période comme ils le font au quotidien, pour protéger nos concitoyens.


Certains d’entre nous ont été directement visés par des actions violentes. C’est notamment le cas – cela a été rappelé – du maire de l’Haÿ-les-Roses, M. Vincent JEANBRUN et de sa famille. Le Groupe Les Indépendants lui témoigne son entier soutien ainsi qu’à tous ceux qui ont été victimes de violences.


Contestation après contestation, nous voyons se multiplier de tels actes contre les élus. Les violences sont toujours inacceptables. Cependant, lorsque les élus sont pris pour cible, c’est aussi la République qui est attaquée.


Sur fond de crise des vocations, l’avenir de la démocratie suscite des inquiétudes bien légitimes. Il est urgent d’inverser cette tendance et de retrouver le chemin du dialogue républicain. Les récentes émeutes confirment que brûler n’est ni un programme ni une solution.


Comme beaucoup d’autres départements, l’Aube n’a pas été épargnées. Ces évènements ont engendré un bilan matériel très lourd, encore en cours de chiffrage. Je pense notamment au prêt de 2 millions d’euros qu’avait coûté la maison de quartier des Sénardes à Troyes.


On ne compte plus les commerces détruits, les salles de classes dégradées, les mairies incendiées – cela a été répété –. Glorifiant le vandalisme le plus stérile, nous avons vu fleurir – sur les réseaux sociaux, en forme d’appel de la tribu – les défis les plus délétères.


Certains l’ignorent sans doute mais le pouvoir de brûler une voiture n’équivaut pas à celui de la construire. La vraie puissance appartient aux bâtisseurs ; elle n’appartient pas aux casseurs.


Depuis les émeutes, ceux qui n’avaient pas grand-chose ont encore moins. Les assureurs évaluent les dégâts – cela a été rappelé – à plus de 650 millions d’euros. Ces évènements auraient en outre coûté à notre économie plus 300 millions d’euros.


Dans les quelque 500 communes concernées, plus de 800 bâtiments publics ont été dégradés. Se pose maintenant la question de leur réparation.


Le principe d’une loi d’urgence, pour reconstruire aux frais du contribuable les bâtiments détruits par des émeutiers, peut laisser perplexe.


L’État doit-il se presser de financer les dégâts causés par ceux qui s’en sont pris à notre République ?


Le Groupe Les Indépendants considère qu’il est urgent de reconstruire. Non pour les émeutiers mais pour tous les autres.


Vous le savez bien, Mes chers Collègues, hormis quelques fanatiques encouragés par l’irresponsable et inflammable France Insoumise, hormis quelques opportunistes, l’immense majorité de nos concitoyens souhaite que le calme revienne.


Pour que la justice puisse faire sereinement son travail. Pour que nos concitoyens puissent reprendre le cours de leurs activités. Tous savent bien que ce n’est que par le travail que l’individu peut s’émanciper.


Nous voulons dire à ceux de nos concitoyens qui vivent dans des quartiers difficiles et qui n’ont pas fait le choix de la délinquance, à ceux qui sont allés travailler plutôt que piller, que la République ne les abandonne pas.


Ce travail de reconstruction sera également l’occasion de démontrer la puissance publique. La République doit être présente, à cet égard, sur l’ensemble du territoire de notre pays.


Au-delà de la réparation des dégâts, nous sommes convaincus que ce travail de restauration devra être poursuivi. Restaurer l’État, Monsieur le Ministre, dans ses capacités et dans son autorité. Nous devons collectivement veiller à ce que les lois de la République soient appliquées sur l’ensemble du territoire.


Notre Groupe Les Indépendants soutiendra donc l’adoption de ce texte, première étape d’un retour de l’État que nous appelons ardemment de nos vœux.


Je vous remercie.

Comments


Interventions au Sénat

bottom of page