top of page

Jean-Louis LAGOURGUE : PLF 2023 - Mission "Défense"

05 décembre 2023


Projet de loi de finances pour 2023 (voir le dossier législatif)

Mission "Défense"


🔔 À retrouver sur nos réseaux sociaux


📌 Le Sénateur Joël Guerriau, membre de notre Groupe, était Rapporteur sur cette mission au nom de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées du Sénat. Voir le rapport en cliquant ici


NB : 🗣 Retrouvez l'ensemble des interventions de notre Groupe lors de l'examen du texte au Sénat en première et nouvelle lecture en cliquant ici (discussion générale du texte, explications de vote, l'ensemble des missions) ainsi que les propositions portées par notre Groupe pour une meilleure optimisation des finances publiques

 

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Mes chers Collègues,


Le 24 février dernier, les armées russes ont envahi l’Ukraine. Cette agression sur notre continent est une révolution. Longtemps nous avons cru pouvoir nous contenter de percevoir les dividendes de la paix. Longtemps certains ont refusé de croire à la brutalité des rapports de force.


Dans cette période, seuls quelques États européens n’ont pas baissé la garde. La France en fait partie et nous nous en réjouissons. Personne aujourd’hui ne doute plus de l’importance vitale d’entretenir une force armée capable.


Le budget de la mission défense s’élève à 44 milliards d’euros pour 2023.


Je veux rendre hommage au gouvernement. Ce montant correspond en effet exactement à la trajectoire prévue par la loi de programmation militaire.


Cette montée en puissance permettra en premier lieu de moderniser les équipements de nos armées. Il s’agira notamment de maintenir en condition notre capacité de dissuasion nucléaire.


Depuis les menaces du pouvoir russe, ce sujet déjà essentiel est devenu encore plus crucial. Nous sommes la seule puissance dotée de l’Union européenne, ce qui nous place dans une position singulière sur cette question.


Au-delà de la modernisation du matériel, il est également nécessaire de renforcer les effectifs. 1 500 équivalents temps plein devraient en outre grossir les rangs de nos armées.


Depuis longtemps maintenant, la guerre ne se limite plus au champ de bataille. Le conflit ukrainien souligne avec force le rôle de l’information et du cyberespace. Nos armées doivent développer de plus en plus de compétences pour protéger la Nation. Cette diversification implique de nouveaux recrutements tout comme la perspective du retour de la haute intensité.


Pour assumer notre part dans la confrontation avec la Russie, notre pays fournit des armes et du matériel à l’Ukraine. Cette aide nous honore. Elle impacte nécessairement le budget des Armées.


Le contexte géopolitique nous contraindra à poursuivre notre effort de défense. Plus largement, la nouvelle conjoncture internationale pose la question du changement d’échelle de notre industrie de défense.


La haute intensité entraîne une attrition bien supérieure à celle que nos forces ont connue lors des dernières années.


Il faut s’y préparer. Et nous devons donner les moyens à notre industrie de soutenir cet effort. La nécessaire remontée en puissance de cette industrie, prendra du temps. Il nous faut pourtant aller vite.


Dans ces conditions, la défense européenne paraît plus que jamais nécessaire. C’est ensemble que nous devons développer une base industrielle et technologique de défense solide.


Nous ne pouvons que regretter les choix faits par certains de nos partenaires. L’armement américain est certes performant mais ce n’est pas celui qui permettra à l’Europe de bâtir une souveraineté stratégique.


En mettant en commun leurs ressources et leurs talents, les pays de l’Union européenne peuvent parvenir à construire une force armée solide. La France plaide pour cela depuis 5 ans. Pour l’heure, ni la présidence Trump, ni la guerre en Ukraine n’ont achevé de convaincre nos voisins.


L’OTAN a certes été ramenée à la vie par l’invasion russe. Mais le pilier européen reste la condition de l’indépendance de l’Union, et in fine, de sa sécurité.


Il est à cet égard incompréhensible que des projets comme le SCAF et le char du futur connaissent tant de difficultés. Nous avons besoin d’avancer rapidement sur ces questions.


Nous examinerons bientôt une nouvelle loi de programmation militaire. Elle doit nous permettre de doter la France des moyens nécessaires à la protection de ses intérêts. Nous serons particulièrement attentifs à ce que les fonds alloués à nos armées soient proportionnels à la difficulté des missions qui leur sont confiées.


Pour l’heure, le Groupe Les Indépendants ne peut que voter en faveur de l’adoption des crédits de la mission « Défense ».


Je vous remercie.


🔔 À retrouver sur nos réseaux sociaux

Comentários


Interventions au Sénat

bottom of page