• Les Indépendants

Colette MELOT : Débat à la suite de la réunion du Conseil Européen des 20 et 21 Juin 2019

Mis à jour : janv. 3


Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Messieurs les Présidents de commission,

Mes chers collègues,

Nous le savions ce Sommet européen était principalement dédié à la distribution des hauts postes institutionnels, et pourtant, malgré de longues discussions, aucun consensus n’a pu être dégagé entre les États membres.

Cela n’est pas vraiment une surprise tant les négociations sur ce sujet sont délicates et l’équilibre difficile à trouver.

Nous l’avons souligné lors de notre débat préalable, ce Conseil européen devait être un moment fort de la démocratie européenne en affirmant le rôle politique de l’Union européenne. Partie remise donc au Conseil de crise du 30 juin, deux jours seulement avant la session inaugurale du Parlement européen, et déjà troisième Sommet sur ce sujet suite aux élections européennes.

Face à cet échec de compromis, il semble bien que le système de Spitzenkandidat, si critiqué par certains, soit définitivement mort. Les favoris pour la présidence de la Commission ont été écartés, faute d’une majorité entre les dirigeants de l’UE.

Le fait que les chefs d’Etat et de gouvernement ne se soient pas mis d’accord peut être considéré comme un échec. Cela peut aussi être interprété comme le signe d’une volonté politique de trouver les personnalités adéquates pour diriger l’Union européenne, des femmes et des hommes politiques forts qui feront consensus et qui mettront en œuvre les priorités définies, répondant aux attentes des citoyens.

Il faut des personnalités qui ont déjà exercé des fonctions à responsabilité au plus haut niveau. Je ne peux, en ce sens, que soutenir le Président de la République face à la chancelière allemande qui veut imposer M. Weber. A la tête de la Commission européenne, il faudrait une personnalité forte qui fasse l’unanimité et qui soit connue du grand public, et pourquoi pas une femme !

Il faudra aussi que le (ou la) Président(e) de la Commission européenne s’entoure d’une équipe solide et compétente approuvé dans son ensemble par le Parlement européen pour mettre en œuvre les nombreuses priorités européennes.

En ce sens, l’agenda stratégique qui a été adopté pour les cinq prochaines années par le Conseil européen guidera la prochaine Commission européenne. C’est écrit noir sur blanc : il faudra protéger davantage les citoyens, développer le tissu économique, construire une Europe sociale, juste et verte et renforcer les intérêts européens au niveau mondial. Tant de dossiers qui mériteront une attention particulière des institutions européennes.

Le climat en fait partie. Et même si les 28 n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur la date de 2050 pour la neutralité carbone européenne, les progrès réalisés par la France pour convaincre de nombreux États membres peuvent être soulignés.

Il est aussi important de comprendre les raisons du refus de certains États pour adopter une stratégie ambitieuse qui sera acceptée par tous.

La Finlande, qui tiendra bientôt les rênes de la présidence tournante de l’UE, a récemment annoncé qu’elle visait des émissions nettes zéro d’ici à 2035 et voulait devenir un pays à bilan carbone négatif d’ici à 2050. C’est encourageant.

Madame la Ministre, le message porté par l’Europe au sommet des Nations unies, en septembre prochain, devra être fort et audible pour que les signataires de l’accord de Paris renforcent leur ambition en matière de climat.

L’approfondissement de l’Union économique et monétaire sera également essentiel dans les années à venir. Les premières pierres posées lors du sommet de la zone euro sont encourageantes, même si tout n’est pas encore réglé.

La question du financement est compliquée, certes, mais essentielle, si l’UE veut avancer concrètement sur cet instrument budgétaire pour la compétitivité et la convergence.

C’est en tout cas un pas important qui est franchi pour le budget de la zone euro qui devrait permettre d’encourager les réformes structurelles pour accroître la compétitivité des 19 États membres ayant adopté la monnaie unique.

Il faudra poursuivre ces travaux pour définir clairement l’architecture du futur budget de la zone euro.

Madame la Ministre, le sommet du 30 juin sera fondamental pour l’avenir de l’Union européenne et je suis certaine que la France se montrera à la hauteur des enjeux.

Gageons que les chefs d’État et de gouvernement réussiront à se mettre d’accord, au-delà de leurs intérêts nationaux, pour préserver et renforcer notre Europe.


Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube