top of page

Colette MÉLOT : QAG - Les mesures concrètes de la rentrée scolaire pour lutter contre le harcèlement

12 juillet 2023


Question d'actualité au Gouvernement


🔔 À retrouver sur nos réseaux sociaux


🛑 L'engagement de la Sénatrice Colette Mélot contre le harcèlement scolaire

Depuis plusieurs années, notre Groupe appelle à lutter quotidiennement et efficacement contre la haine en ligne : la Sénatrice Colette Mélot a été Rapporteure d’une mission d’information sénatoriale sur le cyber-harcèlement dont les conclusions ont été remarquées (plus d'informations).

Par ailleurs, le Président Claude Malhuret avait fait adopter un amendement au Sénat visant à rendre les plateformes responsables des contenus qu'elles diffusent sur le projet de loi confortant le respect des principes de la République (plus d'informations).

 

Monsieur le Président,

Madame la Première ministre,

Mes chers collègues,


C’est pour moi l’occasion de poser ma dernière question et je voudrais y associer mon collègue Jean-Pierre Decool qui, comme moi, a choisi de ne pas solliciter de nouveau mandat.


Madame la Première ministre, mon engagement dans la lutte contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement est sans faille et, il y a six semaines, j’interpelais, une fois encore, Monsieur le Ministre de l’Éducation nationale suite au décès tragique de Lindsay, quelques mois à peine après celui de Lucas.


Madame la Première ministre, vous annonciez début juin vouloir faire de la lutte contre le harcèlement scolaire la « priorité absolue » de la rentrée, et vous l’avez rappelé vendredi dernier.


Nous saluons évidemment cette annonce comme le futur déploiement d’un grand plan d’action contre un fléau d’une grande violence.


Mi-juin, une heure de sensibilisation au harcèlement devait avoir lieu dans tous les collèges. Quels en ont été les retours ?


En 2021, j’avais proposé une mission d’information retenue par notre Groupe et qui a réuni 23 Sénateurs, ce qui a permis la publication d’un rapport réunissant 35 préconisations.


Deux années ont passé, le harcèlement continue de faire des victimes malgré les mesures mises en place comme le programme Phare et, dans mes déplacements, j’ai pu constater les différences de mobilisation des équipes éducatives.


Il est urgent d’agir et vous savez pertinemment qu’un grand plan mettra du temps à se déployer.


Pourtant des mesures simples : Aborder le sujet lors des pré-rentrées pour sensibiliser l’ensemble des enseignants et toute la communauté éducative, présenter le droit existant et les numéros d’aide dans le carnet de correspondance, évoquer le sujet lors de la première réunion des parents d’élèves, sont, pour ne citer qu’elles, des mesures qui pourraient être réalisées dès les premiers jours de septembre.


Alors, Madame la Première ministre, quelles mesures concrètes seront effectivement mises en œuvre dès la rentrée ?



Réponse de Mme Elisabeth BORNE – Première ministre


Merci Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Sénateurs,

Madame la Sénatrice Colette MELOT,


Vous m’interrogez sur un sujet qui vous tient à cœur, je le sais, qui a été un des fils rouges de votre engagement en tant qu’élue et sur lequel vous avez écrit un rapport en effet important.


Ce sujet, la lutte contre le harcèlement à l’’école, j’y tiens moi-même tout particulièrement.


Le harcèlement est insupportable. C’est la violence et la bêtise qui s’abattent sur un jeune, le poursuive à l’école, jusque chez lui sur les réseaux sociaux et peuvent le pousser à se couper des autres, à la dépression et parfois l’irréparable.


Aujourd’hui, comme vous Madame la Sénatrice, j’ai une pensée pour Lindsay, Lucas, Chanel ou Dinah qui ces dernières années ont préféré mettre fin à leurs jours plutôt que de continuer à supporter cela. C’est inacceptable et révoltant.


C’est pourquoi j’ai voulu que la lutte contre le harcèlement soit une priorité absolue pour la rentrée 2023. Depuis six ans, beaucoup d’actions ont été engagées, notamment grâce au programme de prévention, d’alerte et d’intervention Phare et à la mobilisation de tous les acteurs, mais nous devons aller plus loin encore et c’est pourquoi j’ai réuni mes Ministres, la semaine dernière, spécifiquement sur le sujet.


Pour mieux prévenir les risques, avec le Ministre de l’Education nationale Pap N’DIAYE, nous avons décidé de déployer le programme Phare dans tous les établissements dès la rentrée scolaire. Pour protéger les élèves et s’assurer que la parole se libère, un coordonnateur sera nommé dans chaque établissement. Pour répondre efficacement à toutes les situations et prendre en compte l’impact des réseaux sociaux, l’ensemble des personnels de l’Education nationale, de la protection judiciaire de la jeunesse et des forces de l’ordre seront sensibilisés aux enjeux du harcèlement scolaire et en ligne.


J’ai demandé à mon Gouvernement de travailler et de bâtir, autour du Ministre de l’Education nationale, un plan interministériel pour la rentrée. Il devra permettre une meilleure prévention en sensibilisant et effectivement, dès la rentrée, les élèves en responsabilisant les parents. Il permettra de mieux détecter le harcèlement, de mieux accompagner les victimes et d’avoir un suivi plus rigoureux des auteurs. Nous devons enfin, mieux coordonner les acteurs, faire connaître d’abord et simplifier nos dispositifs d’écoute et de prise en charge.


Madame la Sénatrice, il s’agit, je le sais, de votre dernière question dans cet hémicycle et je veux rendre hommage à votre travail, à votre volonté d’agir et saluer la marque que vous laisserez au Sénat, après plus de 18 ans de mandat.

J’en profite pour saluer également, Madame la Présidente Catherine DEROCHE, Mesdames les Sénatrices Laurence COHEN, Françoise FERAT, Messieurs les Sénateurs GATTOLIN, LE NAY, GUENÉ et Bernard FOURNIER.


Madame la Sénatrice, Colette MELOT, j’évoquais votre engagement contre le harcèlement, vous pouvez compter sur nous pour continuer à mener ce combat, prendre toutes les mesures qui s’imposent pour éviter les drames, veiller à la civilité dans tous les échanges et protéger les enfants.


Je vous remercie.

Comments


Interventions au Sénat

bottom of page