Colette MELOT : Débat sur l'action du Gouvernement en faveur de l'agriculture

Mis à jour : févr 21


Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Mes chers collègues,


Si l’action du Gouvernement en faveur de l’agriculture est essentielle au niveau national, elle est primordiale au niveau européen. Les années qui arrivent ne feront pas exception.


Alors que les négociations sur le prochain cadre financier pluriannuel se poursuivent, avec des points de vue bien différents, et que la réforme de la Politique agricole commune est également en discussion, l’agriculture constitue un point central où la France doit occuper une place de chef de fil.


La Commission européenne a présenté en décembre dernier son pacte vert européen, où ambition se mêle à réalisation. Nous devrions donc avoir dès mars 2020 la stratégie « de la ferme à la fourchette » qui sortira au même moment que celle pour la biodiversité ou encore celle sur l’industrie européenne.


Autant de sujets que l’Union européenne va devoir gérer en même temps, tout comme le verdissement de la PAC, la neutralité carbone, notre indépendance et sécurité alimentaire, l’aide aux agriculteurs, la lutte contre les pratiques déloyales dans le secteur agricole et la transition énergétique, pour ne citer que ces défis. Mais la liste est bien plus longue.


En somme, les questions agricoles sont au cœur des évolutions européennes. Elles sont à la croisée des chemins de bien des stratégies que l’UE souhaite mettre en place. La question agricole est notre futur commun. Sa transition environnementale et énergétique doit être accompagnée de manière à ce que agriculteurs, consommateurs et entreprises du secteur soient en position de réaliser tous les enjeux auxquels ils font face.


Dans ce contexte aux multiples challenges, Monsieur le Ministre, pouvez-vous nous préciser l’action et la position du Gouvernement français dans l’articulation indispensable entre la réforme de la PAC, son financement et les exigences principales du nouveau pacte vert européen ?


Mr Didier GUILLAUME – Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation

Merci pour votre question très précise. La France veut un maintien du budget de la PAC en euros courants.


Le New Green Deal européen n'est pas inclus dans la PAC ; il s'y ajoute.


On pense souvent que le premier pilier est réservé aux plus riches, le deuxième aux aides territoriales. Ce n'est pas cela ! Il y a aussi l'agroécologie dans le premier pilier. Dans le second pilier, il n'y a pas que le verdissement.


L'aide au foncier, à l'assurance, c'est aussi du développement économique. N'opposons pas économie et écologie ; les deux doivent aller de pair.


Réplique :

Merci Monsieur le Ministre pour ces précisions. Je le répète, l’agriculture est essentielle et les défis sont multiples et vous venez de l’expliquer.


La réforme de la PAC doit être articulée avec le nouveau pacte vert européen.


Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube