top of page

Emmanuel CAPUS : PLF 2023 - Mission "Écologie"

2 décembre 2022


Projet de loi de finances pour 2023 (voir le dossier législatif)

Mission "Écologie, développement et mobilités durables"


🔔 À retrouver sur nos réseaux sociaux


NB : 🗣 Retrouvez l'ensemble des interventions de notre Groupe lors de l'examen du texte au Sénat en première et nouvelle lecture en cliquant ici (discussion générale du texte, explications de vote, l'ensemble des missions) ainsi que les propositions portées par notre Groupe pour une meilleure optimisation des finances publiques

 

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Madame et Messieurs les Rapporteurs spéciaux et pour avis,

Mes chers Collègues,


« Écologie, développement et mobilité durables », trois notions qui cumulent tant d’enjeux essentiels et autant de rapporteurs spéciaux et pour avis, 11 Monsieur le Ministre, je crois que c’est un record. Fort heureusement, concernant le défi écologique, nous ne sommes plus à l’étape de la prise de conscience. Malheureusement cela signifie aussi que le dérèglement climatique est visible. Cette année, nous l’avons subi de plein fouet, et sur l’ensemble du territoire.


Le gel a d’abord attaqué nos vignobles, la canicule ensuite a endommagé nos cultures et fait souffrir nos élevages. Depuis la sécheresse sévit, c’est d’ailleurs toujours le cas dans quelques territoires. Certaines conséquences sont désastreuses.


Alors que nous nous pensions épargnés, nous avons dû faire face à de violents incendies de forêts au nord même de la Loire. Le Maine-et-Loire – qui nous tiens à cœur particulièrement Monsieur le Ministre – a été cet été l’un des départements les plus touchés. Au total, plus de 2 500 hectares sont partis en fumée en l’espace de quelques semaines. À Baugé-en-Anjou, 1 500 hectares ont brûlé en seulement 3 jours. Je salue et remercie tous nos pompiers qui ont affronté ces feux partout en France ainsi que nos concitoyens, et particulièrement nos agriculteurs, qui ont également apporté une aide précieuse.


Notre Groupe prend sa part en travaillant sur des mécanismes concrets : à l’image de l’agrivoltaïsme ou de nos propositions sur la forêt.


En tant qu’élus, nationaux ou locaux, nous avons chacun notre rôle à jouer. Continuer à nous alerter et à nous former sur les enjeux de la transition écologique est nécessaire. Mettre à disposition des élus un outil de ce genre afin qu’ils s’en emparent va impérativement dans le bon sens.


D’ailleurs, le fonds vert qui leur donne des moyens d’actions adaptées à leur territoire partage le même état d’esprit. Nous ne pouvons que saluer cette initiative dans la chambre des territoires.


Aux bouleversements climatiques, se sont rajoutées la guerre en Ukraine et les conséquences énergétiques que nous endurons. Mon Groupe salue les réponses conjoncturelles qui ont été apportées et soulignées par les très nombreux rapporteurs spéciaux et pour avis. Je crois aussi que nous devons apporter une réflexion structurelle. L’échelon européen est nécessaire, surtout lorsqu’il s’agit de la fixation des prix de l’énergie. A ce titre, nous espérons des avancées concrètes lors du prochain Conseil européen.


L’énergie est cruciale pour notre compétitivité. Notre tissu industriel, notre agriculture, plus largement nos modes de vie en sont dépendants, nous le voyons bien à l’approche de l’hiver. L’énergie est la clef d’une transition efficace : à la fois un outil mais aussi le plus gros défi. Décarbonons l’énergie et nous décarbonerons des pans entiers de nos industries et de nos activités fortement émettrices. Je pense au secteur du bâtiment, à la métallurgie mais aussi bien sûr à celui des transports.


Cette mission indique tout le chemin qu’il reste à parcourir dans ce domaine. Et je crois qu’il faut travailler massivement sur nos infrastructures. Nos modes de mobilités sont tellement variés en fonction de nos territoires. Notre réseau ferré doit rester performant et vecteur de transition. Nos voitures – cela a été souligné – si nécessaires à des millions de Français dans nos territoires, doivent devenir plus propres. Le travail est immense dans ce domaine, il faut agir bien et pour longtemps.


Tous les programmes de cette mission nous amènent à la même conclusion : nous allons devoir nous adapter, et il faut s’en donner les moyens. Pour décarboner, il va falloir innover et trouver des solutions disruptives. Il va falloir être acteur de prévention, tout en réduisant les problèmes auxquels nous faisons déjà face. Pour cela, il faut investir.


Aussi, je salue à la fois la hausse significative des crédits de la mission et la stabilité dans les effectifs, et même l’augmentation sur certains secteurs.


La transition est en quelque sorte une révolution. Elle est nécessaire, nous devons donc impérativement la rendre possible et acceptable pour tous. Il faut voir loin, pour faire bien, oserai-je dire. Monsieur le Ministre, le feuille de route est belle mais pas sans obstacle. Il faut inventer à nouveau nos modes de vies.


Vous l’aurez compris, le Groupe Les Indépendants va donc voter en faveur des crédits de cette mission.


🔔 À retrouver sur nos réseaux sociaux

Comments


Interventions au Sénat

bottom of page