Jean-Pierre DECOOL : Débat - La reprise et la relance des activités culturelles

02 juin 2021


Débat sur la reprise et la relance des activités culturelles

Madame la Présidente,

Madame la Ministre,

Mes chers Collègues,


Après les longs mois de fermeture et la longue léthargie de la vie culturelle française, les salles de concert, les théâtres, les cinémas font leur timide retour, pour le plus grand bonheur des artistes et du public. Les salles s’adaptent aux conditions imposées par la pandémie, avec une jauge réduite à 35%. Ces limitations imposent l’adaptation du budget de chaque évènement, ce qui implique de revoir entièrement la programmation. Certaines salles en configuration debout ou trop petites ne sont pas adaptées aux nouvelles règles sanitaires et n’envisagent pas de ré-ouvrir avant l’automne 2021. En effet, le concert-test réalisé à Paris le 29 mai dernier avec un protocole sanitaire extrêmement lourd reste peu représentatif de la réalité des situations observées localement.


Les associations culturelles sont fortement pénalisées par la crise. Beaucoup d’entre elles font part de leurs inquiétudes à trouver les financements nécessaires auprès des collectivités locales pour relancer la vie culturelle. Or, vous le savez, l’organisation d’un évènement nécessite des mois de préparation en amont. La réouverture des salles de répétition et des conservatoires municipaux est également une question sensible pour de nombreux maires qui restent dans l’incertitude. A l’école, le Ministre de l’éducation nationale, avait encouragé la pratique du chant choral. Or, la crise sanitaire a entrainé une grande déperdition de bénévoles et la démobilisation des enfants ou des parents.


Dans un tel contexte, quels sont les moyens envisagés par le Gouvernement pour favoriser une reprise progressive mais pérenne de la vie culturelle sur l’ensemble du territoire, et je pense en particulier, dans les communes rurales ?


Réponse de Mme Roselyne BACHELOT – Ministre de la Culture

Cher Jean-Pierre DECOOL d’abord, il faut savoir que, après les lois de décentralisation de 1983, la décentralisation a mis du temps à s’installer dans les collectivités territoriales et on peut compter qu’il y a eu, peut-être une génération, pour que les collectivités territoriales s’emparent de l’ensemble des pouvoirs qui leurs avaient été donnés.


Maintenant, si on met en masse les crédits cultures qui sont pilotés par les collectivités territoriales, ces crédits sont plus importants que les crédits de l’Etat et ça, il faut bien le voir. Et que les opérations menées par les collectivités territoriales sont des activités extrêmement importantes qui maillent le territoire, il y a des partenariats très importants et très – comment dirais-je – très signifiants, qui sont menés entre nous et les collectivités territoriales et ça a peut-être été quelque chose qui a été révélé pendant cette crise sanitaire.


Moi, je dois dire, j’ai toujours trouvé les collectivités territoriales à mes côtés, elles m’ont souvent sollicitée ; j’ai essayé de répondre de la meilleure façon, sans esprit de système et sans arrogance ; je les ai réunies à tous les moments de la discussion pour que nous bâtissions ces choses ensemble. Rien ne peut se faire. Les premiers mots que j’ai prononcés en arrivant en poste à Valois, j’ai dit, « je serai la Ministre des artistes et des territoires ». Rien ne peut se faire sans les territoires.


Alors bien entendu, nous avons développé des mesures, je pense en particulier à l’enseignement artistique auquel vous êtes très attaché, au Conservatoire. Et bien entendu, dès le 19 Mai les enseignements ont repris pour les publics déjà accueillis antérieurement, les élèves mineurs ; l’enseignement de la danse sans contact pour les mineurs seuls, ainsi que le chant lyrique en pratique individuelle et à partir du 9 Juin, pourra reprendre l’enseignement de la danse et à compter du 1er Juillet, l’enseignement de la danse reprendra pleinement ainsi que le chant lyrique en pratique collective ; il n’y aura plus de restriction, ce sera très important pour nos territoires.

Interventions au Sénat