top of page

Vincent LOUAULT - PLF pour 2024 : Mission Action extérieure de l'Etat

8 Décembre 2023

Projet de loi de Finances pour 2024 : Mission Action extérieure de l'Etat

Monsieur le Président,

Monsieur le Ministre,

Mes chers Collègues,


L’agression russe n’est pas terminée et la guerre ravage toujours l’Ukraine. Les perspectives de paix sont difficiles à entrevoir. L’Europe n’est pas la seule région du monde à être le théâtre de conflits armés.


Une semaine avant l’attaque du Hamas, le conseiller à la sécurité de Joe Biden déclarait que le Moyen-Orient était plus apaisé qu’au cours des deux décennies précédentes. Les évènements l’ont hélas fait mentir. Là encore, la paix semble s’éloigner.


Le Sahel a connu une succession de coups d’États, appuyés par la Russie. Ils font craindre le pire pour la sécurité de la région. La zone déstabilisée par les groupes armés terroristes pourrait s’étendre, notamment en direction du Golfe de Guinée.


En Asie, les Etats-Unis restent déterminés à contenir les velléités d’expansion chinoises, notamment autour de Taïwan. S’ajoutent à cela les tirs de missiles et les lancements de satellites de la Corée du Nord, qui continuent de perturber la zone et mettent en péril la paix et la stabilité. Le risque d’embrasement de la région est élevé.


Tout ceci nous conduit à nous interroger : le regain de tensions et la course aux armements sont-ils les corollaires d’un monde multipolaire ? Si nous voulons éviter le piège de Thucydide, le piège des postures agressives, de l’escalade et des catastrophes, il est indispensable de renforcer nos capacités de dialogue et de négociation.


Nous nous félicitons donc que le gouvernement ait consenti cette année une hausse significative du budget consacré à l’action extérieure de l’État.


Cette hausse sera notamment employée à sécuriser nos emprises dans un monde plus instable. Nous le devons aux femmes et aux hommes qui portent la voix de la France dans les régions les plus reculées et les plus dangereuses du monde.


Depuis la réforme de la fonction publique, notre diplomatie était plongée dans l’incertitude. Les états généraux qui se sont achevés au début de cette année ont permis de tracer des lignes claires. La diplomatie est une force dans laquelle nous devons investir.


Elle nous permet bien entendu de peser sur les conflits en cours mais également d’empêcher leur déclenchement. Au-delà de la gestion des crises, nous souhaitons que la diplomatie mette davantage en valeur l’action de la France.


Les opinions publiques de plusieurs pays du Sahel ont été la cible de campagnes de désinformation, savamment menées par la Russie, dégradant l’image de la France.


La réalité de ces attaques ne doit pas nous faire oublier la nécessité de faire évoluer nos méthodes de communication. Nous devons entrer pleinement dans la modernité si nous ne voulons pas nous laisser distancer.


Mieux communiquer nous permettra aussi de mieux coopérer. La France se veut une puissance d’équilibre. Elle a pour cela besoin d’être intégrée au sein de réseaux d’alliances qui lui permettent de peser. Nos contributions à cet égard sont de véritables investissements.


Le développement de coopérations dans les domaines culturel et scientifique doit non seulement nous permettre d’entretenir nos compétences et notre attractivité en ces matières, mais aussi plus largement de faire rayonner la France, ses idées et ses valeurs.


L’enseignement français est à cet égard fondamental. Il constitue un véritable atout pour nos ressortissants expatriés. Il nous permet également de tisser des liens étroits avec les pays partenaires.

Cet enseignement ne nous donne pas simplement une langue en partage. Il s’agit aussi un formidable vecteur pour nos valeurs et notre mode de vie.


La liberté, bien sûr, mais également l’égalité femme-homme, ou encore le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.


Dans un monde multipolaire, la France doit pouvoir parler à tous et être capable de faire entendre sa voix. Nous nous félicitons de la hausse du budget consacré à la diplomatie cette année. A fortiori parce que le président de la République nous a assuré qu’elle se poursuivrait dans les années à venir.


Avec des effectifs renforcés et des moyens modernisés, notre diplomatie retrouve la place qui lui revient. Le Groupe Les Indépendants votera donc en faveur de l’adoption de ces crédits.


SEUL LE PRONONCÉ FAIT FOI

Comments


Interventions au Sénat

bottom of page