Colette MÉLOT : Évaluation des politiques publiques vu la gestion de la crise sanitaire 2/2

10 février 2021


Débat sur les conclusions du rapport de la Commission d'enquête pour l'évaluation des politiques publiques face aux grandes pandémies à la lumière de la crise sanitaire de la Covid-19 et de sa gestion


Colette Mélot a interrogé Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé.


Monsieur le Ministre,

Mes chers Collègues,


La covid-19, qui continue de progresser sur notre territoire, a causé la mort de nombreux Français. J’ai une pensée pour eux et pour leurs proches. Malgré les difficultés, notre système hospitalier a tenu bon, grâce au dévouement de nos soignants auxquels je veux rendre hommage.


L’ensemble des services de l’État, tout comme les collectivités territoriales, sont mobilisés depuis le début de cette pandémie afin de protéger au mieux nos concitoyens. Face à un virus inconnu et mutant, la tâche est loin d’être simple.


Nos territoires n’ont pas été touchés par la maladie en même temps, ni avec la même intensité. Les ARS n’ont donc pas été confrontées aux mêmes réalités. Beaucoup d’élus locaux ont eu le sentiment que ces agences n’étaient pas suffisamment proches du terrain.


De manière plus générale, un sentiment de déconnexion de l’administration a été partagé, notamment par ceux qui ont à appliquer des protocoles sanitaires destinés aux établissements recevant du public, comme les écoles ou les commerces. Ces documents ont fait l’objet de nombreuses modifications et se révèlent parfois trop éloignés des réalités matérielles pour être applicables.


Une association plus étroite des collectivités territoriales aurait pu sans doute lever quelques difficultés. Aussi ma question est simple, Monsieur le Ministre, pensez-vous que rapprocher l’administration du terrain et mieux associer les élus locaux à l’action des services de l’État soit nécessaire et utile ? Et comment comptez-vous y procéder concrètement pour améliorer la situation ?


Réponse de M. Olivier VÉRAN – Ministre des Solidarités et de la Santé

Madame la Sénatrice, nous étions ensemble à Melun, il y a deux jours, nous avons visité ensemble le centre de vaccination et vous y avez vu comme moi, un délégué départemental, un DG d’ARS, un Préfet de département, un maire, un Président de conseil départemental, la Région Ile-de-France ne s’était pas fait représenter et des parlementaires qui étaient présents et qui travaillent ensemble et qui se sont mis ensemble à structurer des centres de vaccination et qui se parlent donc, parfois, il y a des divergences entre ce qu’on peut entendre comme critique au national, sur les craintes que ça ne se passe pas bien dans les territoires mais, je roule ma bosse, comme on dit, dans les territoires et partout où je vais, je vois une coordination, une entente qui s’est mise en place.


Hier, j’ai réuni le 5ème comité d’élus sur la stratégie vaccinale et la prise en charge de l’épidémie réunissant l’ARF, la DF, l’AMF, France urbaine, l’UNCAS et d’autres associations d’élus locaux. Où nous travaillons, où nous avons mis en place des cellules départementales, des cellules régionales de pilotage ; les gens travaillent ensemble. Alors après, il y a de l’hétérogénéité, vous avez toujours des régions où ça va traîner un peu ou un département ou ça va être un peu plus compliqué, ou des relations interpersonnelles, entre un directeur, un Préfet, qui vont être un peu plus complexes qu’ailleurs, mais partout, je sens l’envie d’arriver à travailler en cohérence, en convergence et là-dessus, je suis plutôt décentralisateur et pour une déconcentration.

C’est-à-dire que dès lors que les gens ont compris qu’il y avait intérêt à agir ensemble, qu’il y a des conditions qui leur permettent d’agir ensemble, l’intervention de l’Etat, je dirai, elle est satisfaite de ce point de vue, et encore une fois, c’est cette coopération étroite dans les territoires sur laquelle nous devons nous appuyer pour mener d’autres politiques de santé, même hors crise.

Interventions au Sénat