Colette MÉLOT : Associer Taïwan aux travaux des organisations internationales 2/2

06 mai 2021


Proposition de résolution en faveur de l'association de Taïwan aux travaux de plusieurs organisations internationales (mis à l'ordre du jour à la demande de notre Groupe)

Madame la Présidente,

Monsieur le Ministre,

Mes chers Collègues,


Je tiens à remercier nos collègues Alain Richard et Joël Guerriau de nous permettre de débattre de la situation de Taïwan. Depuis que les forces communistes chinoises ont remporté la guerre civile et pris le contrôle du continent en 1949, cette île essaie de préserver son autonomie.


Le développement économique de ce territoire a été et est encore particulièrement remarquable. Avec un PIB comparable à ceux de la Suisse et de la Suède, Taïwan fait partie des premières puissances économiques asiatiques.


Taipei est en outre un acteur incontournable de la production mondiale des semi-conducteurs les plus avancés.


Ces puces sont nécessaires aussi bien à l’industrie automobile qu’à celle du numérique, ou encore à celle de l’armement. Ses entreprises conservent, en ce domaine, une avance de près d’une décennie sur leurs concurrents.


Le miracle Taïwanais a fait de l’île l’un des quatre dragons asiatiques et a permis à la population de bénéficier d’un niveau de vie équivalent à celui de l’Union européenne.


Dans le domaine de la santé, ce territoire a démontré des compétences indéniables. Il a fait face avec succès à plusieurs épidémies dont celle de la Covid-19.


Alors que Taïwan compte plus de 23 millions d’habitants, elle a su limiter les contaminations au coronavirus tout en préservant son économie et ne déplore qu’une dizaine de décès.


La communauté internationale aurait beaucoup à gagner d’une plus grande coopération avec ce territoire riche de savoir-faire.


La résolution que nous vous proposons aujourd’hui de voter a pour objet d’inciter le Gouvernement à poursuivre ses efforts tendant à renforcer l’intégration de l’île au sein de différentes instances internationales.


Cette initiative a été saluée par la Présidente de Taïwan, Tsaï ing-wen, qui a souligné l’opportunité de telles coopérations. Le Gouvernement français, par la voix du Ministre de l’Europe et des affaires étrangères, a déjà eu l’occasion de dire son soutien à l’objectif poursuivi par la résolution.


Nous pensons qu’il est important que Taïwan puisse faire bénéficier la communauté internationale de ses compétences dans des matières aussi diverses que la santé, la coopération policière, le dérèglement climatique ou encore l’aviation civile.


Cette résolution est également l’occasion de réaffirmer notre attachement aux principes de multilatéralisme, de dialogue et de coopération au sein de la communauté internationale. Ces principes sont au fondement d’une paix et d’une stabilité durables.


Taïwan est en effet l’objet de vives tensions géopolitiques, impliquant la Chine et les États-Unis. La région assiste ainsi depuis quelques temps à une importante montée en puissance des forces armées, et singulièrement des forces navales.


Ce climat de course aux armements laisse craindre l’éclatement d’un conflit ouvert dans les prochaines années. Un tel conflit serait bien entendu tragique pour les acteurs de la région. Il est en outre certain que ses conséquences néfastes s’étendraient à l’ensemble de la communauté internationale.


Nous sommes convaincus que la paix et la coopération ont fortement contribué à la prospérité des pays de la zone. Il nous semble donc qu’il est dans l’intérêt de tous de veiller à les préserver.


Cette voie constitue également la suite logique des relations pacifiques qui ont eu lieu jusqu’à présent et qu’il importe de perpétuer. Dans la mesure où cette résolution ne contient aucune reconnaissance de l’indépendance de Taïwan, elle ne constitue pas une remise en cause de la position française.


Par ailleurs, le texte de la résolution nous semble être tout à fait compatible avec la situation de Taïwan : les organisations internationales visées acceptent en effet la participation de membres qui n’ont pas le statut d’État.


Renforcer l’intégration de Taïwan aux instances internationales permettra de bénéficier de précieuses synergies. C’est aussi l’opportunité d’éloigner un peu plus la perspective d’un conflit qui ne profiterait à personne.


Le dialogue et la coopération pourront apporter des réponses durables aux nombreuses tensions qui pèsent sur cette région.


Pour toutes ces raisons, le Groupe Les Indépendants espère que le texte de cette résolution recevra un large soutien au sein de notre assemblée.

Interventions au Sénat