• Les Indépendants

Jean-Pierre DECOOL : Débat - "L'avenir des entreprises assurant les liaisons trans-Manche"

23 mars 2021


Débat sur "l'avenir des entreprises assurant les liaisons trans-Manche" (demande du Groupe UC)



Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Mes chers Collègues,


Le Brexit est une opportunité ! Aussi incroyable que ce soit, après plus de quatre années de négociations complexes, ces mots sont parfois prononcés dans les Hauts-de-France dès que l’on approche le port de Dunkerque et son écosystème.


Le territoire dunkerquois a compris très tôt les enjeux qu’allait revêtir le départ des Britanniques sur la relation trans-Manche et l’économie en résultant. J’ai eu de nombreux échanges avec les acteurs de terrain, particulièrement les autorités portuaires et les entreprises. La préparation a été très bien organisée. Je salue leur capacité d’adaptation et leur réactivité. Les services de l’État, notamment douaniers, ont mis en place un accompagnement efficace.


Le port de Dunkerque a transformé son activité, réorganisé sa distribution et anticipé tous les cas de figure. L’annonce de l’accord de commerce et de coopération fut, tout de même, un soulagement pour nos entreprises.


Le port a saisi les opportunités offertes, il devrait prendre prochainement la place de premier port européen en matière de trafic avec l’Irlande. Pour l’instant, la connexion avec Douvres n’est pas endommagée. C’est la conséquence des réserves faites en fin d’année dernière côté anglais et la chute du trafic due à la pandémie de Covid-19.


Bien sûr, certains effets seront négatifs et devront être contrés ! Je pense à la fluidité sur l’A16. Elle inquiète les transporteurs de la région. Je pense aussi aux années à venir. Nos entrepreneurs restent vigilants et demandent des moyens d’alerte dans les cas où l’accord serait bafoué, particulièrement sur le sujet de la concurrence déloyale.


L’Europe doit pouvoir se défendre et rester unie. A ce titre, la flexibilité importante des ports belges ou encore hollandais, tout comme la création de ports francs en Angleterre doivent nous interpeller.


Madame la Ministre, quelle est votre position quant à la création de Zones Économiques Spéciales pour le port de Dunkerque et son littoral, déjà évoquée par notre collègue du Nord le Député Paul Christophe ?


Ces Zones Économiques Spéciales dont l’objectif majeur, fiscalité du territoire et fiscalité pesant sur l’emploi, permettra de réindustrialiser les ports en renforçant leur attractivité. L’avenir de nos entreprises assurant les liaisons trans-Manche en dépend.


Réponse de Mme Annick GIRARDIN, Ministre de la mer


Monsieur le Président, Monsieur le Sénateur DECOOL,


Vous n’êtes pas, bien sûr, sans connaître l’initiative du Royaume-Uni, vous l’avez citée tout à l’heure, de créer dix ports francs. La France, je l’ai dit il y a quelques minutes, ne sera pas en reste et le Président de la République a souhaité que nous lancions un travail sur ce sujet et le Premier Ministre a lancé ce travail ou a annoncé ce travail dans le cadre du dernier CIMer le 22 Janvier 2021et je l’ai dit tout à l’heure et je l’ai dit en utilisant « enfin » parce que quelquefois, je trouve que le temps est un peu trop lent, nous venons de lancer enfin ce travail de réflexion pour répondre à la question de : quels sont les leviers et comment la France peut aussi être sur ce créneau actif et rendre des zones, alors on utilise le terme de zones industrialo-portuaires mais la question c’est zones économiques spéciales, c’est à peu près la même chose et donc nous sommes pour et nous y travaillons avec au moins deux signaux importants pour les investisseurs :

- d’abord le signal d’une meilleure attractivité fiscale et douanière ;


- et puis le signal d’une simplification administrative – certains en ont parlé – notamment en terme environnemental, dans l’objectif bien sûr, de mettre les ports français sur un même pied d’égalité que les autres ports européens.


Je crois que les dispositifs qui vont être retenus, quels qu’ils soient d’ailleurs, doivent être soumis à des conditions de transition écologique. On voit bien que le sujet aujourd’hui, il est central, il est au cœur des politiques de ce Gouvernement, il doit l’être bien entendu sur ce sujet de ce qu’appelle le Royaume-Uni des ports francs mais c’est un mot qui veut tout dire et pas grand-chose et qui ne veut pas dire la même chose des deux côtés de la manche.


Alors, je sais que le littoral de Dunkerque est exposé aux conséquences du Brexit mais en même temps va proposer – excusez-moi – va bénéficier de ces nouvelles opportunités et vous parliez des liaisons tout à l’heure avec l’Irlande, et bien, on me disait que cette semaine, le port a reçu sa 10 000ème unité de fret réalisée depuis Janvier 2021 via la ligne Dunkerque - Rosslare et c’est ce que vous avez dit tout à l’heure et je crois qu’il faut se dire que dans une crise sanitaire comme dans une crise comme la sortie du Royaume-Uni de l’Europe, c’est-à-dire le Brexit, et bien il y a des opportunités à prendre pour la France, il y a des opportunités, bien entendu à Dunkerque. Il y a des opportunités plus largement sur le shipping. Je crois honnêtement à ce que l’on est capable de se dire que la nouvelle place du shipping c’est peut-être la France.

Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube

Groupe parlementaire au Sénat