Jean-Pierre DECOOL : Deuxième lecture - Créer la fonction de directeur - directrice d'école

20 octobre 2021


Deuxième lecture de la proposition de loi créant la fonction de directeur ou de directrice d'école

Madame la Présidente,

Monsieur le Ministre,

Monsieur le Président de la Commission,

Monsieur le Rapporteur,

Mes chers Collègues,


« Chaque enfant qu’on enseigne est un homme qu’on gagne » car « l’ignorance est la nuit qui commence l’abîme » ces vers visionnaires de Victor Hugo évoquent le rôle central de l’école dans le modèle de société que nous défendons. Au centre de ces sanctuaires de la République se trouve les directeurs d’école. A eux seuls, ils organisent le bon fonctionnement de l’établissement, animent l’équipe pédagogique et représentent l’indispensable courroie de transmission entre enseignants, parents d’élèves, municipalité et direction académique.


Malgré ce rôle de premier plan, les directeurs d’école manquent de temps, de formation, de soutien et de reconnaissance. C’est pourquoi cette proposition de loi créant la fonction de directeur d’école est très attendue. Son adoption permettra d’apporter des réponses concrètes, au sein d’un cadre juridique renforcé à celles et ceux dont le dévouement au service de la nation n’est plus à démontrer.


Je salue le travail de la commission des affaires sociales. En effet, la commission a rétabli un certain nombre de points importants, adoptés en première lecture par notre assemblée.


A l’article 2 de cette proposition de loi, je suis favorable à l’assouplissement des modalités de nomination en cas de vacance de poste de directeur d’école. Près d’une école sur quatre dispose d’un enseignant faisant fonction de directeur ; cette situation est particulièrement fréquente en milieu rural. Ainsi, il sera encore possible de nommer des enseignants volontaires non-inscrits sur la liste des aptitudes en cas de vacance de poste de directeur d’école. L’accès à la liste d’aptitude sera par ailleurs facilité pour les professeurs des écoles justifiant d’au moins un an d’expérience dans la fonction de directeur. Afin de les accompagner au mieux dans leurs missions, une formation leur sera proposée tous les cinq ans au moins.


La commission a rétabli l’article 2 bis dans sa version adoptée par le Sénat en première lecture. Il s’agit de répondre à la demande de soutien matériel et administratif formulée par de nombreux directeurs d’école, de façon équilibrée sur l’ensemble du territoire.


Quelques semaines après la remise du rapport de la mission d’information sur le harcèlement scolaire, je souhaite attirer votre attention sur le rôle central des directeurs d’école en matière de climat scolaire. Ces derniers sont amenés à participer de façon active à la prévention et à la détection des situations de harcèlement, en partenariat avec la direction académique, les forces de l’ordre et les parents d’élèves. Trop souvent encore, l’équipe pédagogique se sent démunie faute de formation pour gérer ces situations. Les directeurs auront un rôle important dans le déploiement du programme « pHARe » à la rentrée prochaine. La lutte contre le harcèlement scolaire est une démarche globale, mobilisant l’ensemble du personnel scolaire. Les problèmes de violence à l’école commencent dès le plus jeune âge et nous devons intensifier les efforts et l’accompagnement des équipes pour permettre à chaque enfant de bénéficier d’une scolarité sans violence.


Je pense avoir été clair dans mes prises de position.


Je vous remercie de votre attention.

Interventions au Sénat