Jean-Pierre DECOOL : PLF 2021 - Mission "Enseignement scolaire"

28 novembre 2020


Projet de loi de finances pour 2021 - Mission "Enseignement scolaire"

Monsieur le Président,

Monsieur le ministre,

Madame le Rapporteur, Monsieur le Rapporteur,

Monsieur le Président de Commission,

Mes chers Collègues,


La crise du coronavirus a bouleversé notre pays comme elle a bouleversé le monde. Tous nos compatriotes ont été impactés par cette pandémie et par les mesures nécessaires prises pour la combattre. Au sein de nos territoires, les fabriques d’avenir que sont nos écoles ont été particulièrement affectées.


Je veux saluer ici l’engagement et le dévouement de nos enseignants. Dans des circonstances difficiles et dans un contexte de grande incertitude, ils ont dû agir au jour le jour pour continuer d’accomplir leur mission. Merci à eux.


Nous avons vu lors du premier confinement à quel point la technologie numérique était essentielle à la poursuite de l’activité mais aussi au maintien du lien social que l’école permet. Les professeurs et les équipes ont déployé des trésors d’inventivité pour maintenir leur enseignement.


Pandémie ou non, le numérique est très utile au fonctionnement des établissements. Il est à ce titre indispensable de continuer la numérisation de l’école, et d’y veiller particulièrement au primaire.


Comme chaque année, l’enseignement scolaire est la mission la plus importante du budget général et ses crédits sont en hausse. Ceci témoigne de la place accordée par notre pays à l’enseignement.


L’école de la République joue un rôle essentiel dans notre société. Celui d’instruire les plus jeunes de nos concitoyens et de les amener à développer un esprit critique. Samuel Paty y participait avec passion, nous voulons ici lui rendre hommage.


Rendre hommage aussi à toutes celles et ceux qui sont pleinement engagés au service de l’Éducation Nationale.


Les dépenses de personnel augmentent cette année, bien que le pic démographique ait été atteint en 2016. Depuis cette date, les évolutions démographiques de la population française conduisent à une diminution d’année en année du nombre d’élèves. Si la dépense publique doit effectivement être maîtrisée et adaptée au plus près des besoins des Français, cette augmentation de personnel nous semble toutefois nécessaire.


Certes le nombre d’élèves diminue, mais leur niveau aussi. L’ancien professeur de mathématiques que je suis, est très inquiet de l’évolution de la situation : le niveau des élèves français est en train de décliner ! Particulièrement dans ce que fut ma matière mais également en français, les performances de nos élèves sont à la baisse. Nous devons réagir vite car nous savons que, dans le parcours de l’enfant, les premières lacunes ont tendance à en entraîner d’autres.


Nous soutenons l’effort porté sur le primaire. C’est en effet à cette étape clef que beaucoup se joue. La réduction démographique devrait avoir des conséquences positives sur les performances des élèves en réduisant leur nombre par classe.


Il ne faut cependant pas compter uniquement sur cette dynamique car le nombre d’élèves par classe dans le premier degré en France reste actuellement le plus élevé de l’Union européenne.


Pour améliorer l’enseignement, l’évaluation est incontournable. Il nous faut identifier les bonnes pratiques et les généraliser. L’effort consenti par la Nation pour l’enseignement scolaire, plus de 55 milliards d’euros, est majeur. Nous devons faire en sorte que chaque euro compte et que l’enseignement dispensé à nos enfants soit de la meilleure qualité.


Il ne s’agit pas, bien sûr, de mettre en cause le travail de celles et ceux qui se dédient à l’enseignement. Mais il nous faut déterminer ce qui fonctionne et ce qui pourrait être amélioré. Identifier les bonnes pratiques et les généraliser. L’année qui s’ouvre verra ce travail d’évaluation poursuivi par le Conseil d’évaluation de l’École.


A cet égard, nous aimerions Monsieur le Ministre, qu’une attention particulière soit portée afin que les langues régionales de France puissent bénéficier d’une égalité de traitement et je pense ici au flamand occidental.


Nos écoles sont les fabriques de l’avenir, celui de notre pays et de notre nation. Nous devons continuer d’y consacrer les fonds suffisants pour préparer le meilleur avenir possible. Face à la perspective d’une diminution du niveau des élèves, nous devons faire preuve de vigilance et réagir rapidement.


Évaluer nos établissements, c’est se donner la chance d’améliorer notre enseignement. Continuons de viser l’excellence, notre avenir en dépend.


En conclusion, si le Groupe Les Indépendants porte un regard bienveillant sur ce budget, je regrette l’insuffisance de considération à l’endroit de l’enseignement agricole privé.

Interventions au Sénat