• Les Indépendants

Vanina PAOLI-GAGIN : Débat - Fonctionnement des universités en temps de Covid et malaise étudiant

10 février 2021


Débat "Le fonctionnement des universités en temps de Covid et le malaise étudiant (demande du Groupe GEST)

Monsieur le Président,

Madame la Ministre,

Mes chers Collègues,


Avant la crise sanitaire, la précarité étudiante était déjà une réalité. Près d’un étudiant sur deux travaillait pour financer ses études et subvenir à ses besoins. L’accès au logement, aux soins, à une alimentation saine relevaient d’un défi au quotidien pour bon nombre de nos étudiants. L’action gouvernementale reposait alors sur trois leviers complémentaires : l’augmentation des bourses sur critères sociaux, la construction de nouveaux logements universitaires, la mobilisation d’aides pour les situations d’urgence.


Depuis le 14 mars 2020, la décision gouvernementale de fermer les établissements d’enseignement supérieur pour protéger la population du Covid-19 a changé la donne. Depuis, les situations de précarité que nous connaissions avant la crise s’aggravent et se multiplient. La moitié de nos étudiants qui travaillaient pour vivre ont perdu leur emploi. A cela s’ajoute la détresse psychologique liée à l’isolement social d’une grande partie de notre jeunesse. L’étude menée à ce sujet par l’observatoire nationale de la vie étudiante en dit long puisque : 31% des étudiants interrogés ont connu une détresse psychologique lors du confinement.


S’ajoutent encore les incertitudes qui pèsent sur l’avenir des futurs diplômés. L’accès au stage, dans un tel contexte de crises sanitaire et économique est fortement menacé. La constitution des futurs réseaux professionnels l’est tout autant. Nous connaissons des risques accrus de décrochage scolaire, notamment en première année de licence. Tout n’est pas perdu, l’apprentissage a connu un engouement inédit l’an passé, malgré la crise, avec la signature de 500 000 contrats. Le plan de soutien à l’apprentissage du Gouvernement y est pour beaucoup. Nous sommes très favorables, aux Indépendants, à la prolongation du dispositif, comme l’a indiqué notre Ministre du travail, Elisabeth Borne.


Les mesures palliatives prises par le Gouvernement sont des gestes plus ou moins importants : les repas à 1 euro pour tous, l’accès au soutien psychologique et surtout, le retour progressif aux cours en présentiel et c’est bien là, Madame la Ministre, le vrai sujet. Les étudiants demandent à étudier dans de bonnes conditions, à retrouver le lien avec leur université, leurs professeurs, leurs camarades. L’émulation qui se trouve au sein des campus est irremplaçable. Je partage à cet égard l’avis du Professeur Delfraissy, le retour en cours des étudiants est une question de santé publique. Nous devons aussi veiller à la bonne lisibilité de l’action publique et pour cela, assurer une cohérence entre les différentes décisions. Comment, beaucoup de mes collègues l’ont dit, justifier la fermeture des universités, par prudence, alors que les classes prépa et les classes de BTS restent ouvertes ? Les étudiants demandent que leur avenir ne soit pas sacrifié, ils demandent surtout à être écoutés et pris en considération.


Fin janvier, le Président de la République a annoncé une reprise partielle des cours en présentiel. Nous devons favoriser la souplesse des dispositifs. De nombreux étudiants ne pourront pas revenir étudier en présentiel un jour par semaine, faute de logement.


Faisons confiance aux jeunes qui sont l’avenir de notre pays. Ne les infantilisons pas, ne condamnons pas leur avenir. Des milliers de jeunes enfants actuellement sont regroupés en classe de maternelle, en école élémentaire, partagent la même table de restauration, sans masque. De jeunes adultes qui peuplent des campus universitaires et de grandes écoles sont, je pense, capables d’être responsables, de respecter les gestes barrières. Si le risque n’est pas dans les amphithéâtres où les étudiants seront masqués et distanciés, pourquoi ne pas limiter l’accès des restaurants universitaires aux repas à emporter ? Ce sont des centaines de milliers de jeunes qui baissent les bras et risquent d’abandonner leurs études. Nous devons trouver des solutions à court terme et à long terme, pour faciliter la résilience de la jeunesse et éviter qu’elle ne paie, sous une autre forme, un lourd tribut à l’épidémie. Ne l’oublions pas, elle est la richesse de la France de demain.

Le live #Twitter #Facebook

© Les Indépendants - République & Territoires 
Conception et réalisation deuxquatre.fr
  • Facebook
  • Twitter
  • Youtube

Groupe parlementaire au Sénat